Questionnaire sendinblue Your SEO optimized title
Bonjour
 
 Votre panier est vide  Votre compte

Communiquez-nous vos jugements

La publication que nous avons faite, le 21 mai, du jugement de Saint-Gaudens a occasionné de nombreuses réactions, tant d'éleveurs qui ont déjà été confrontés à une situation similaire, que de vétérinaires qui en ont été, soit les victimes collatérales, soit les spectateurs ou témoins impuissants de véritables actes de de vols d'animaux ou de spoliations de professionnels par des association qui se prétendent de protection animale avec l'appui de la justice.

Nous souhaitons pouvoir disposer en nombre significatif des jugements, qu'ils aient abouti à une relaxe (même partielle) mais également à des condamnations pénales et/ou civiles. 

Notre objectifs est de compiler ces jugements avec l'aide de nos avocats afin de saisir le Gouvernement sur les drames humains qui entourent ces affaires souvent initiées par des associations de protection animale qui voient en un moyen de se procurer, à bon compte, des animaux qu'ils pensent pouvoir placer facilement et, ainsi, engranger des dons.

Ces jugements demeurerons anonymes si vous nous le précisez. Si les jugements ont fait l'objet d'une publication ou si vous acceptez qu'ils puissent l'être, ils seront mis à la disposition des avocats de nos adhérents afin qu'ils puissent en faire état en justice pour de nouvelles affaires.

Les activités que nous représentons étant licites, nous les défendrons bec et ongles face à ceux qui prétendent à l'exclusivité de la protection animale, le plus souvent avec des arguments irrecevables, emprunts d'anthropomorphisme, mal compris.

Je voudrais conclure cette tribune en paraphrasant la réponse que fit à un amiral anglais Robert Surcouf alors que le premier reprochait aux Français de ne se battre pour le butin alors qu'eux, les Anglais se battaient pour l'honneur, le célèbre corsaire lui répondit :

On se bat toujours pour ce qu'on a le moins !

C'est ce que je veux répondre à ceux qui prétendent, seuls, défendre les animaux alors que éleveurs, animaleries et vétérinaires n'en font qu'une affaire d'argent. En effet, tous ces entrepreneurs ou dirigeants de sociétés sont des créateurs de valeur : ils maintiennent ou créent des emplois, font vivre leurs familles, parfois durement. Ils contribuent au finances de l'Etat (TVA, impôts et taxes) alors que dans le même temps pullulent des élevages clandestins qui, en outre ne répondent pas aux obligations réglementaires (installations, soins, etc.), prescrites que, pourtant, jamais les services de l'Etat ne visitent faute de dispositions du Code rural pour ce faire.

Ces associations de protection animale agissent de façon discriminatoire et, de fait, ne font qu'encourager à des activités illégales.

Pour tous les acteurs des professions en relation avec les animaux de compagnie, pour les salariés de cette filière et leurs famille nous devons nous battre pour que cessent les actions inconscientes de groupes de pression qui agissent de façon totalement inappropriée en luttant contre des activités consacrées par l'article L.214-6 du Code rural et de la pêche maritime..

Luc LADONNE

Transmettez nous un jugement. Vous pouvez utiliser le formulaire ci-dessous ou bien nous l'adresser par mai (contact@syndicat-animaleries.org) par fax (01 77 65 66 02) ou par courrier (SYNAPSES - 55, rue Lacordaire - 75015 Paris). Il est important que le jugement soit complet :

Vous pouvez également utiliser le formulaire pour nous adresser un commentaire privé, ou bien laisser un commentaire dans le blog de chaque page.

 

A lire également :

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 30/05/2015